Déshydrateur Excalibur : déshydratez fruits et légumes de saison en préservant leurs qualités nutritionnelles !

adeline Actualités Laisser un commentaire

Ce n’est pas un hasard si en 30 ans le déshydrateur Excalibur est devenu une référence en matière de déshydratation alimentaire. Il vous permet de sécher fruits, légumes, fines herbes, champignons et même bouquets entiers dans des conditions optimales grâce à une conception technique qui le distingue largement de ses concurrents. La température réglable au degré près permet de réaliser un séchage homogène à moins de 40°C, en qualité crudité, pour préserver les vitamines. Grâce au déshydrateur alimentaire Excalibur séchez à basses températures fruits, légumes, fines herbes, en gardant leurs nutriments intacts.

Deshydrateur_Excalibur.jpg

Le déshydrateur Excalibur vous offre un séchage optimal

Le déshydrateur Excalibur – dont nous sommes l’importateur en France – est équipé d’un thermostat allant de 26°C à 63°C qui permet un réglage de la chaleur au degré près. En maintenant une température inférieure à 40°C, vous pouvez obtenir des aliments déshydratés dont la qualité nutritionnelle est proche de celle des aliments crus.
La répartition de la chaleur est homogène sur tous les tiroirs du déshydrateur Excalibur grâce au système de ventilation à l’arrière du caisson.
Les plateaux de l’Excalibur sont en polycarbonate et les grilles sur lesquelles reposent les aliments sont en polypropylène (matériau chimiquement neutre aux aliments).

L’Excalibur vous offre une surface de séchage importante et entièrement modulable

Selon le modèle choisi le déshydrateur Excalibur contient 5 ou 9 plateaux. Chaque plateaux mesure 35X35cm, soit une surface de 1296cm² par grille.
Le volume intérieur du déshydrateur Excalibur est entièrement modulable grâce à ses plateaux amovibles, et vous permet ainsi de bénéficier d’un plus grand volume de déshydratation (pour des bouquets floraux par exemple). Les plateaux peuvent également être retirés pendant un cycle de déshydratation (ce qui permet de déshydrater en même temps différents types d’aliments dont la durée de séchage est différente).

 

Un déshydrateur à fruits polyvalent

Le déshydrateur Excalibur permet de sécher une grande variété d’aliments, tels que fruits, légumes, plantes aromatiques, champignons, … ou des préparations culinaires à base de yaourt, pâtes de fruits, céréales germées (galettes), … Enfin, de par sa grande capacité d’accueil, le déshydrateur Excalibur permet également de sécher des compositions florales.

adelineDéshydrateur Excalibur : déshydratez fruits et légumes de saison en préservant leurs qualités nutritionnelles !

Extracteur de jus Green Star Elite : « LA » nouveauté sur le marché des extracteurs de jus !

adeline Actualités Laisser un commentaire

Avec l’extracteur de jus Green Star Elite vous pouvez réaliser des jus frais de fruits, de légumes et d’herbes riches en vitamines, oligoéléments, sels minéraux et enzymes pour une alimentation saine.
Grâce à cet extracteur de jus, vous pouvez presser de nombreux fruits et légumes, même l’herbe de blé fraîche ou les branches de céleri. Vous pouvez dès à présent réaliser tous les « jus vitalité » que vous désirez.

L’extracteur de jus Green Star Elite est plus léger, plus facile à nettoyer et offre un meilleur taux d’extraction !

Greenstar_elite_vis_jumelees.jpg
L’ extracteur de jus Green Star Elite a des vis jumelles « jumbo » (plus longues que celle du Green Star GS1000) qui lui permettent d’apporter un nouveau stade dans le procédé d’extraction du jus. L’extracteur de jus Green Star Elite est le premier extracteur de jus qui utilise une technique en 3 étapes : broyer, mixer, presser. Cette technique permet d’avoir encore plus de vitamines et de minéraux.

Cette nouvelle technologie permet désormais trois phases d’extraction :

  • Broyage : les rouleaux broyeurs Jumbo broient fruits et légumes en tendre purée. Ils moulinent aussi efficacement les légumes à fibres longues comme les choux ou les céréales.
  • Mixage : les rouleaux broyeurs écrasent fruits et légumes pour les travailler le plus lentement possible. Ils sont alors délicatement broyés puis mélangés. La préparation est très efficace pour optimiser le dernier pressage.
  • Pressage : vous récupérez au maximum l’eau et les composants actifs des fruits et légumes. Le meilleur du jus et des éléments nutritifs est dans votre verre, prêt à consommer.

greenstar_elite_droite.jpg

L’extracteur de jus Green Star Elite ne fait pas uniquement des jus de fruits fraîchement pressés délicieux et sains, son design correspond désormais aux exigences modernes d’un intérieur contemporain.
Son nouveau design révolutionnaire facilite également le nettoyage. En effet, le montage-démontage de l’extracteur est grandement facilité par son nouveau procédé de fixation.

 

Montage du Green Star Elite

Utilisation du Green Star Elite

Fiche Technique

  • Mécanisme : vis jumelées jumbo
  • Dimensions : 464x317x175 mm
  • Poids : 8 kg
  • Vitesse de rotation : 110 trs/mn
  • Consommation : max 200 watts
  • Garantie : 5 ans pièces et moteur
adelineExtracteur de jus Green Star Elite : « LA » nouveauté sur le marché des extracteurs de jus !

Les couteaux à lames céramiques

adeline Actualités Laisser un commentaire

Chef_blanc.jpgTout droit venus du Japon, les couteaux à lames céramique sont à l’origine utilisés par les plus grands chefs pour leur découpe précise – les Japonais excellent dans l’art de découper de très fines tranches de poissons pour réaliser sushis (boulettes de riz agrémentées le plus souvent d’une fine tranche de poisson) et sashimis (fines tranches de poisson cru).

La céramique utilisée pour les lames de ces couteaux est de l’oxyde de zirconium. Les propriétés de la zircone (oxyde de zirconium) sont sa dureté, sa haute résistance à l’usure et sa forte résilience (les couteaux que nous vous proposons sont d’usinage français et ont une teneur en oxyde de zirconium de 98%, alors que celle des concurrents asiatiques se situe aux environs des 80%).

Les couteaux en céramique ont de nombreux avantages :

Les lames en céramique sont jusqu’à 30% plus tranchantes que les lames en acier – la céramique présente moins d’aspérités que l’inox et facilite ainsi la découpe. De plus, les lames en céramique gardent leur tranchant bien plus longtemps que les lames en acier.

La céramique est une matière biocompatible donc très hygiénique (elle est même utilisée dans le domaine médical). La céramique de la lame permet de préserver la saveur et la couleur des aliments, là où les lames en acier rétrocèdent des ions métalliques qui les oxydent. Qui n’a jamais vu une pomme ou un avocat brunir au contact de l’air après avoir été découpé avec un couteau à lame en acier ? Les couteaux à lame céramique permettent d’éviter ces désagréments ; vos tranches de pommes gardent maintenant leurs belles couleurs nacrées.

Côté entretien, les couteaux à lame céramiques sont plus faciles à nettoyer. En effet, leur surface parfaitement lisse permet de les nettoyer sous un simple filet d’eau chaude. Et contrairement aux couteaux à lames en acier, ils ne craignent pas la corrosion, il n’y a donc pas besoin de les sécher après chaque lavage.

Set_blanc_retourne.jpgCependant, ces couteaux nécessitent certaines précautions :

La céramique reste un matériau sensible à la chute, faites donc attention à ne pas faire tomber votre couteau au risque d’en briser la lame.

La céramique n’est pas un matériau flexible, il ne faut donc pas l’utiliser pour produire un effet de levier. Également, lorsque vous découpez des aliments, faites bien attention à ne pas fléchir la lame et à conserver un axe de découpe droit.

Les couteaux avec lames en céramique ne doivent pas être utilisés pour couper des arêtes ou des os, ou découper un aliment congelé, au risque d’ébrécher son fil. De plus, pour préserver le tranchant de son couteau, il est recommandé d’utiliser une planche en plastique ou en bois, et non pas une planche en verre ou découper à même un plan de travail en carrelage.

En ce qui concerne le réaffutage, il faudra vous tourner vers un spécialiste. En effet, la céramique des lames de ces couteaux a une dureté proche de celle du diamant, et seul un matériau plus dur pourra l’affûter, il n’est donc pas possible d’utiliser un simple fusil d’aiguisage maison. Le rémouleur devra alors utiliser un affûteur diamant.

bandeau_couteaux_150px.jpg

Si vous cherchez des couteaux à lame céramique de qualité (teneur en oxyde de zirconium de 98%) et d’usinage français, optez pour les couteaux céramiques ROZ.

adelineLes couteaux à lames céramiques

Les légumes anciens

adeline Actualités Laisser un commentaire

topinambour.jpgLe topinambour : Originaire d’Amérique du Nord, le topinambour est une plante vivace cultivée pour ses tubercules. Le topinambour a été introduit en Europe au début du 17ème siècle. Il évoque de mauvais souvenir aux personnes âgées, qui ont été contraintes à manger ce légume de rationnement pendant la Seconde Guerre Mondiale.
Les tubercules peuvent se consommer de différentes manières. Cuits (à l’eau bouillante ou à la vapeur), ils peuvent être mangés en salade (froid), en accompagnement (chaud), … Ils peuvent également être consommés crus, râpés ou coupés en lamelles.

Le goût d’un topinambour s’apparente à celui d’un fond d’artichaut.

Le topinambour contient de l’inuline (là où la pomme de terre contient de l’amidon). L’inuline est un pré-biotique, elle stimule le développement des bactéries de la flore intestinale. En tant que polymère du fructose, la consommation d’aliments riches en inuline est fortement déconseillée aux personnes intolérantes au fructose.

Le topinambour est très riche en vitamines, notamment A, C et B3. Il apporte également des sels minéraux (potassium) et glucides (inuline).

Le rutabaga : Ce légume originaire d’Europe du Nord résulte de l’hybridation d’un navet et d’un chou frisé. Il a une apparence très similaire au navet, quoiqu’un peu plus allongée. Tout comme le topinambour, il rappelle aux personnes âgées les affres de la guerre.

Ce légume peut se consommer cru ou cuit (dans de l’eau bouillante, à la vapeur, …).

D’un point de vue médicinal, le rutabaga a des vertus digestives (diurétique, laxatif, digestif, reminéralisant, désinfectant) et possède comme de nombreux légumes des vertus anti-cancérigènes.

Sur le plan nutritionnel, le rutabaga apporte en moyenne 34 kcal pour 100g, et est riche en potassium, calcium, soufre et phosphore.

panais.jpg
Le panais : Ce légume-racine blanc appartient à la même famille que les carottes. Il a le goût fruité du céleri rave et la douceur de la carotte. Tout comme la carotte, il peut se consommer cru (râpé, en crudités, …), ou bien cuit comme accompagnement, en gratins, purées, pot-au-feu…

D’un point de vue nutritionnel, le panais apporte 55 kcal par portion de 100 grammes. Il est plus riche en vitamines et minéraux que la carotte, et notamment en potassium avec 600mg par portion de 100g. Il est également riche en fibres.

Les crosnes : Les crosnes sont originaires de la Chine Septentrionale. Ce sont des petits rhizomes blancs dont les tubercules comestibles ont un goût proche de l’artichaut et du salsifis. Les tubercules se forment comme la pomme de terre sur des tiges souterraines, et ont une forme « en chapelet » (succession de petits renflements). Ce légume doit son nom au village de Crosne (Essonne, Ile-de-France) où habitait Auguste Pailleux qui l’importa pour la première fois en France en 1882.

Ils se dégustent de différentes manières : en sauce, en salade, en gratin, …

Riches en glucides, le crosne est une source appréciable de sels minéraux (potassium, phosphore, calcium).

patisson.jpgLe pâtisson : Tout comme la coloquinte, le potiron, le potimarron et la courgette, le pâtisson appartient à la grande famille des cucurbitacées. Le pâtisson se distingue des autres courges de par sa forme aplatie plus ou moins conique et ses bosses présentes sur sa périphérie. Sa chair ferme est blanche et à un goût légèrement sucré se rapprochant de celui de l’artichaut.

Le pâtisson se cuisine comme la courgette : on peut le blanchir, le farcir, le cuisiner en gratin, en purée, en potage, …

Le pâtisson a une très forte teneur en eau (92%) qui contient de très nombreux minéraux dissous : potassium, calcium, phosphore, magnésium, sodium, …Le pâtisson contient également de nombreux oligo-éléments, en commençant par le fer, puis le zinc, le manganèse, le cuivre, et biens d’autres en plus petites quantités tel le bore. C’est un légume peu calorique (22 kcal pour 100 g) qui apporte de nombreuses vitamines : C, B et E.

Pour cuire vos légumes tout en préservant leurs qualités nutritionnelles, nous vous recommandons le cuiseur vapeur Vapok et ses accessoires.

adelineLes légumes anciens

Manger des graines germées

adeline Actualités Laisser un commentaire

De plus en plus de personnes consomment des graines germées afin de renforcer leurs apports nutritionnels. En effet, au cours de la germination, les graines vont acquérir des propriétés nutritionnelles (vitamines et enzymes) qu’elles n’ont pas sous forme sèche.

Les étapes de la germination

La transformation de la graine commence dès que l’on procède à l’opération de trempage (on parle ici de pré-germination). La graine sort alors de son état de repos.

Il s’en suit la période de germination au cours de laquelle la graine va subir de nombreuses transformations : la quantité de vitamines va augmenter et les enzymes de croissances vont être activés.

Les conditions idéales de germination

Une germination réussie passe par des apports en eau, en air, en chaleur et en lumière à juste dose.

Si la graine a besoin d’eau pour sortir de son état de repos et ainsi germer, il ne faut pas les noyer. En effet, une eau stagnante les ferait moisir. On préfère utiliser le terme de « rinçage » qui de par son nom suffit à imaginer l’apport en eau nécessaire. Bien sûr, l’apport en eau se décide en fonction des conditions atmosphériques / météorologiques : une graine n’aura pas le même besoin en eau dans une atmosphère chaude et humide que dans une atmosphère sèche et tempérée. En plus de participer à activer la germination, le rinçage permet également d’éliminer les substances rejetées par la graine lors de son activité de transformation. Idéalement, l’eau d’arrosage doit être à température ambiante (17 à 20°C).

Les graines ont besoin d’air pour pouvoir se développer. Il ne faut donc pas utiliser de bocaux hermétiques. Vous pouvez utiliser des bocaux que vous aurez fermés par une gaze ou un tulle, un sac à germer, un germoir automatique, … L’important étant que les graines puissent respirer tout en étant à l’abri des particules ou des poussières contenues dans l’air.
Les graines aiment les atmosphères tempérées, ni trop chaude, ni trop froide. En cas de fortes chaleurs, placez votre germoir dans un endroit frais, et en hiver placez-le dans une pièce de vie (sans qu’il soit prêt d’une source de chaleur).

Enfin, les graines ont de faibles besoins en lumière. Il faut surtout éviter de les placer à la lumière directe (sur un rebord de fenêtre par exemple).

Les différents types germoirs

Il existe plusieurs types de germoirs qui sont les suivants :

Germoirs itinérants

  • Sac en toile (lin)

Germoirs à plateaux

  • En terre cuite
  • En plastique

Germoirs en verre

  • Bocaux de verre fermés par une gaze / un tulle / une grille fine

Germoir automatique

  • En plastique avec arrosage automatique préprogrammé et apport d’air (exemple : modèle Easygreen)

germoirs_700px.jpg

Vous pouvez retrouver un article extrêmement complet sur les différents types de germoirs en cliquant sur le lien suivant : http://www.eco-bio.info/graines-germees.html

Les graines à germer

En ce qui concerne les graines, vous pouvez utiliser de nombreuses variétés, mais préférez-les issues de l’agriculture biologique.

Certaines graines germées ne doivent pas être consommées :

  • Les graines dont la plante a des feuilles toxiques (il faut choisir des graines de végétaux comestibles)
  • Les graines toxiques : tomate, aubergine et rhubarbe
  • Le soja véritable : qui est toxique sous la forme crue et ne doit donc pas être consommé sous forme de germes crus

Voici un petit résumé des grandes familles de graines à germer :

  • Les légumineuses : lentille, pois, pois chiche, soja, haricot de rouge…
  • Les céréales : avoine, blé, maïs, millet, riz, sarrasin, seigle…
  • Les oléagineux : sésame, amande, tournesol…
  • Les légumes : carotte, brocoli, fenouil, radis, persil, oignon, moutarde, céleri…
adelineManger des graines germées

Les alicaments

adeline Actualités Laisser un commentaire

ActimelDonna01.jpgPour être en bonne santé, on le sait tous, il faut consommer au moins 5 fruits et légumes par jour. Cependant, nous voyons fleurir sur nos étals de supermarché une nouvelle génération de produits enrichis en oméga-3, probiotiques, flavonoïdes, phyto-œstrogènes, … Ces aliments portent le nom d’alicaments.

Alicament est terme marketing créé à la fin des années 1990 par l’association des deux mots « aliments » et « médicaments ». Il ne s’agit nullement de médicaments, mais ces aliments enrichis de certains nutriments comme ceux énoncés ci-dessus, sont supposés avoir un effet bénéfique sur la santé en même temps qu’ils nourrissent. On parle également de médicalments, de nutraceutiques ou d’aliments fonctionnels.

La loi contraint les fabricants à avoir des preuves tangibles de l’efficacité de tel ou tel nutriment ajouté. Cependant, les quantités utilisées dans ces aliments sont-elles suffisamment importante pour avoir un effet sur notre santé ?

Alors la question se pose, ces aliments ont-ils un réel effet bénéfique, ou bien s’agit-il d’une stratégie purement marketing ?

Les industriels ont su surfer sur la vague des alicaments ; pas un seul rayon où l’on ne trouve du lait enrichi en vitamine D, de la margarine enrichie en oméga-3, des yaourts au bifidus actif, … Toutes les denrées les plus basiques du rayon frais ont un équivalent enrichi de telle ou telle substance. Il existe désormais presque autant de produits « alicaments » que de produits allégés. Pour ne citer que quelques produits, tout le monde connait les Actimel, les yaourts Activias, la margarine Pro-Activ, … Notons que les responsables marketing savent nous faire remarquer que ces aliments contiennent des principes actifs bénéfiques pour notre santé rien qu’avec leur noms.

Cependant, il est permis de douter le l’efficacité de ces aliments. Certes, des études scientifiques sont menées pour fabriquer ces alicaments, mais ces derniers échappent à tous les contrôles que subissent quant à eux les médicaments, avant et après leur mise sur le marché.
De plus leur utilité reste encore à démontrer, sachant qu’une alimentation saine et variée couvre à elle seule les apports journaliers recommandés, et il n’y a donc pas besoin de recourir à une augmentation artificielle de ces apports.

Il existe néanmoins des aliments à l’état naturel, comme certains végétaux, que l’on pourrait qualifier d’alicaments. Les effets bénéfiques de certains aliments naturels ont été démontrés et reconnus par des laboratoires, dont l’AFSSA.

  • L’ail : c’est un puissant antiseptique. Il est également reconnu comme efficace contre la toux et facilite la respiration chez les asthmatiques grâce à ses propriétés mucolytiques (qui fluidifient le mucus) et mucocynétiques (permettant d’expectorer le mucus).
  • La canneberge : l’AFFSA (Agence Francaise de Sécurité Sanitaire des Aliments) a reconnu en 2004 les effets bénéfiques du jus de canneberge sur les infections urinaires.
  • Le soja : sous forme de lait, tofu, … renferme des phyto-œstrogènes et des flavonoïdes qui augmenteraient de manière significative la densité osseuse. Le soja et ses dérivés sont également recommandés pour les femmes ménopausées car il contient des phyto-oestrogènes (cependant il existe des polémiques à ce sujet).

« Pour être en bonne santé, manger 5 fruits et légumes par jour ! » Ce slogan est maintenant bien connu du grand public. Le plus simple pour être en bonne santé reste néanmoins de consommer le maximum de produits naturels non transformés, sans adjuvants ni additifs à hauteur de nos besoins quotidiens en apports nutritionnels. Néanmoins, l’alimentation à elle seule ne peut nous garantir une bonne santé. En effet, nul n’est à l’abri de petits ou de grands maux comme un rhume, une angine, voire un cancer. Il ne faut en aucun cas hésiter à consulter un professionnel du corps médical, même si cela vous semble bénin.

adelineLes alicaments

Les biberons sans Bisphénol-A viennent en aide à une usine lyonnaise

adeline Actualités Laisser un commentaire

Une belle initiative régionale, qui tout en répondant à la demande croissante de biberons sans Bisphénol-A, a permis de sauver une entreprise en difficulté.

Laurent Andres est un papa soucieux de la santé de ses enfants, mais est aussi le gérant de Sobef-Sierom, une usine spécialisée dans la fabrication de moules pour le domaine automobile qui était en train de péricliter.

Il a alors eu une vraie bonne idée : pour faire face à la chute libre du nombre de commandes provenant de ses clients automobiles, et ainsi éviter la fermeture de l’usine, il a décidé d’utiliser la compatibilité de ses machines pour fabriquer des biberons sans bisphénol-A.

Les biberons sont fabriqués en polyethersulfone, un matériau garanti sans bisphénol-A, sans phtalates ni péroxydes, également utilisé dans le domaine chirurgical, et qui ne dégage aucun perturbateurs endocriniens (suspectés d’être à la base de certains cancers).

Je vous laisse découvrir le reportage qui lui a été consacré par la chaine régionale lyonnaise TLM.

adelineLes biberons sans Bisphénol-A viennent en aide à une usine lyonnaise

Le nouveau logo bio européen

adeline Actualités Laisser un commentaire

La communauté européenne va bientôt avoir un nouveau logo bio qui sera apposé dès le mois de juillet 2010 sur tous les articles préemballés d’origine biologique.

La création de ce nouveau logo a été confiée à 3400 étudiants des 27 pays membres de l’Union Européenne.

Trois finalistes ont été désignés par un jury, et il revient à vous, internautes, de choisir le nouveau logo officiel.

logo_bio_EU.jpg

Vous pouvez voter en vous rendant sur le site de l’agriculture biologique http://ec.europa.eu/agriculture/organic/logo/index_fr.htm

Vous avez jusqu’au 31 janvier 2010 pour voter !

adelineLe nouveau logo bio européen

Les magasins bios à petits prix

adeline Actualités Laisser un commentaire

Même si se nourrir bio contribue à préserver notre santé, et on le sait la santé n’a pas de prix, cela représente néanmoins une part importante du panier de la ménagère.

En effet, dans le commerce, les produits bios sont en général 30 à 50 % plus cher que des produits non biologiques.

La chaine de marchés bios, Caron Bio, a ouvert 6 magasins biologiques à prix discount en région Ile de France. Cette enseigne propose aussi bien des produits de la marque de référence, mais également des produits à prix réduits.

Pour arriver à commercialiser des articles bios (alimentaires, cosmétiques, …) à petits prix, cette enseigne à fait le choix de concentrer son investissement uniquement dans sa marchandise.

Exit la déco si attirante du marché bio. Chez Caron Bio, les présentoirs n’ont rien de fantaisistes, ils sont tout simplement fonctionnels. Les locaux loués pour accueillir ces marchés sont également choisis avec soin. Le format supérette est préféré aux grandes surfaces afin de minimiser les frais d’exploitation. Le prix du loyer est également pris en compte.

Un autre moyen de tirer les prix vers le bas a été d’éliminer les intermédiaires (grossistes, importateurs, …) qui prennent leur propre marge. Les produits sont directement importés par Caron Bio depuis le lieu de production (que ce soit en Italie, en Turquie, …).

De plus, le nombre de produit proposé est limité. Pas de gammes élargies, seuls les produits de la marque de référence et ceux de la marque en import direct sont proposé aux clients. Ainsi, ils peuvent commander en plus grandes quantités et obtenir des remises qu’ils répercuteront sur le prix de vente aux consommateurs.

Un reportage a été consacré à Caron Bio dans l’émission Télématin du lundi 11 janvier 2010.

Vous pouvez également visiter leur site à l’adresse suivante : http://www.caronbio.fr/. Et pour vous qui habitez en Ile de France, sachez qu’ils livrent à domicile !

adelineLes magasins bios à petits prix

L’institut de santé Hippocrates

adeline Actualités Laisser un commentaire

hacienda_front.jpgL’institut de santé Hippocrates (qui tient son nom du père de la médecine moderne) a été fondé en 1956 par Ann Wigmore et le théoricien Viktoras Kulvinska.

Ann Wigmore était également connue sous le nom de « mère de l’alimentation vivante ». Elle a été une pionnière dans l’utilisation du jus d’herbe de blé et de l’alimentation vivante, avec pour but la détoxification et la guérison du corps, de l’esprit et de l’âme.

Son principe fondamental de sagesse propose que les aliments que nous consommons deviennent nos médicaments.

L’institut Hippocrates a été fondé à Boston dans le Massachussetts, avant de déménager à West Palm Beach en Floride. C’est un centre de thérapie naturelle unique au monde qui se base, entre autres, sur l’alimentation vivante et plus particulièrement les jus verts et les graines germées.

Aujourd’hui, le centre est dirigé par les docteurs Brian et Anna Maria Clement, et son programme prend en compte non seulement la dimension physique de l’être humain, mais également la dimension psychique (santé morale, psychologique, …).

Les personnes venant au centre Hippocrates viennent pour de multiples raisons : changer de mode d’alimentation, retrouver une meilleure santé et une plus grande énergie, résoudre des problèmes de santé plus ou moins graves (certaines personnes voient ici un dernier espoir dans les cas où la médecine traditionnelle n’a pas pu ou pas su remédier au problème).

boutenko.jpgLes séminaristes les plus connus de l’institut de santé Hippocrates sont les membres de la famille Boutenko, des immigrés russes qui peu de temps après être arrivés aux États-Unis et avoir découverts les fastes de l’alimentation à l’américaine ont commencé à avoir de nombreux problèmes de santé. Ces problèmes de santé se sont peu à peu résorbés lorsqu’ils ont modifié leur mode d’alimentation en s’orientant vers le crudivorisme.

Le programme « Life Change » qui se déroule sur trois semaines à l’institut Hippocrates est un séjour de remise en forme, ayant les objectifs suivants :

  • Éliminer une grande partie des toxines accumulées dans le corps
  • Apporter une revitalisation et une régénération de l’organisme
  • Renforcer les défenses naturelles du corps
  • Apprendre à chacun à changer et améliorer son hygiène de vie, notamment alimentaire
  • Ce programme repose sur 4 principes de base :
  • L’alimentation vivante à base de préparations végétales biologiques variées et savoureuses (légumes, graines germées, jeunes pousses, algues, oléagineux), sans cuisson afin de conserver intacts les éléments vitaux des aliments
  • Le jus d’herbe de blé aux multiples vertus, ainsi que les « jus verts » frais (légumes et jeunes pousses)
  • La pratique régulière d’une activité physique adaptée
  • Une attitude positive et responsable vis-à-vis de sa vie et de sa santé

L’institut Hippocrates organise également des séjours pour les francophones, dont le dernier est actuellement en cours (du 3 au 23 janvier 2010).

Le prix du programme Life Change de trois semaines est à partir de 5100$ (environ 3550€) mais varie en fonction du logement sélectionné.

Sont inclus dans ce programme :

  • Le service complet des chambres
  • Les repas et jus verts
  • Les consultations et bilans sanguins (à l’arrivée et au départ)
  • Un massage et trois séances d’électro magnétisme par semaine
  • Une hydrothérapie du colon par séjour
  • Les conférences quotidiennes sur la nutrition et la santé
  • Le manuel de cours complet en français
  • Des séances d’activité quotidienne (gym, aquagym, yoga, pilates, …)
  • Le libre accès aux trois piscines et au jacuzzi, aux saunas à infra rouge, aux machines de sport, relaxantes et drainantes.
  • Une séance de groupe hebdomadaire avec le psychologue du centre ainsi que deux séances individuelles (de 30mn et 1h) par séjour
  • Le suivi à vie de vos bilans sanguins
adelineL’institut de santé Hippocrates